Archive mensuelle décembre 2016

Paradmin

L’histoire de Notre Dame de la Garde à Marseille

Le quartier Vauban abrite l’emblème de Marseille qui n’est autre que Notre Dame de la Garde. Cette grande basilique est vraiment le symbole de la cité phocéenne. Comme nous le savons, on la surnomme affectueusement  « La Bonne Mère » car avec le regard bien veillant de la Vierge Marie, elle protège la ville et ses habitants, veille sur la mer, accompagne marins et bateaux. Et puis le panorama qu’elle offre attire de nombreux touristes venus du monde entier.

Origines

C’est en 1214, sur la Montagne de Garde au-dessus du Port de Marseille que la construction du prieuré rural de Notre Dame de la Garde fut décidée avec le consentement de Guillaume Abbé de Saint Victor. La colline où fut construite la première chapelle et plus tard la basilique se nommait « la Garde » car c’est de son sommet qu’étaient surveillés les galères et vaisseaux en mer. La basilique actuelle fut construite par l’architecte Henri Esperendieu dans le style romano-byzantin, elle fut consacrée le 05 Juin 1864. Au sommet d’un clocher de 41 mètres de haut se dresse la statue de la Vierge Marie et de l’enfant Jésus haute de 11 mètres. Il y a quelques décennies, il était possible de monter à l’intérieur de la statue jusque dans la tête de la Vierge, de la haut la vue de la ville est juste magnifique. L’ascenseur de Notre Dame de la Garde fut inauguré en 1892, composé de 2 cabines en bois progressant sur des rails à crémaillère. Chaque cabine était munie d’un réservoir d’eau qui se vidait dans celle du bas et se remplissait pour celle du haut, tel était le mode de fonctionnement de cet ascenseur (sans panne pendant 80 ans). La dernière descente fut effectuée en Septembre 1967 et c’est en 1974 que fut détruit l’édifice.

histoire-notre-dame-de-la-garde

Foi et superstition

Construite au XIXème siècle sur les restes d’un ancien fort militaire érigé par François Ier, Notre Dame de la Garde veille sur la ville autant qu’elle la surveille grâce à son emplacement stratégique. Ce monument reste avant tout une église, vénéré par toute une ville. Selon les marseillais, le moyen le plus simple d’obtenir les bonnes grâces de la Vierge c’est de lui écrire un petit mot. Il y a une boîte aux lettres pour recueillir ces messages de pèlerins dans la basilique. Pour eux, les miracles et les coups de pouce existent, il n’y a qu’à voir les nombreux bateaux qui flottent sur les voûtes de l’église, ce qui vraiment surprenant. C’est ce qu’on appelle des « ex-voto ». C’est une tradition qui remonte  au XIVème siècle ; la Vierge veille sur les marins qui lui offrent des bateaux quand ils reviennent sains et saufs de leur viré en mer. Dans la chapelle, on vient pour se confier, dire une détresse ou remercier la Vierge Marie pour les grâces obtenues. Comme dit un peu plus haut, Notre Dame de la Garde regorge d’ex-voto. Les uns demandent à la Bonne Mère sa Protection pour futur voyage (essentiellement en mer) et d’autres remercient la Vierge de leur avoir permis de se sauver d’un naufrage. Pour la quasi-totalité des marseillais, croyant ou non, la Bonne Mère est l’objectif de leurs vœux. L’église déborde de centaines de maquettes, plaques, tableaux offerts par les pèlerins pour leur protection.

Notre Dame de la Garde est un haut lieu spirituel et touristique, et la visiter du haut de ses 155 mètres d’altitudes peut parfois nous faire perdre la tête.